Teruel c/d

4ème jour – 4° día

.

On a commencé ce bout de GR8 de façon guillerette, un bout qu’on avait repéré la veille et qui promettait « Órganos de Montoro : 4km ». Donc on allait descendre vers ces fameuses « Orgues de Montoro »

Empezamos este tramo de GR8 alegremente, un tramo que habíamos localizado el día anterior y que rezaba « Órganos de Montoro: 4km ». Pues íbamos a bajar hacia estos famosos órganos.

Ça semblait prometteur.

Todo parecía esperanzador.

Mais nous avons déchanté. Le GR8 n’est ici qu’une piste pour voiture pendant des kms et nous avons compris :

1°) que « Órganos de Montoro » c’était toute la montagne

2°) que certes le début et la fin du circuit était sur le territoire du canton ADMINISTRATIF (et non historique) « Maestrazgo » mais comme la suite des (nombreux) sentiers, elle, était sur un autre canton, celui de « Ejulve », eh bien, les sentiers n’étaient pas marqués sur notre plan papier et les plans sur place ne mentionnaient pas les sentiers du canton administratif du Maestrazgo.

Pero nos desilusionó la realidad. El GR8 aquí no es más que una pista para coches durante kilómetros y comprendimos que:

1°) « Órganos de Montoro » lo llaman a todo el monte

2°) es cierto que el inicio del circuito se ubicaba en el territorio de la comarca, de la unidad ADMINISTRATIVA (que no histórica) « Maestrazgo » pero como la continuación de los (‘muchos) senderos se encontraba en otra comarca, la de « Ejulve », pues los senderos no estaban en nuestro mapa de papel y los mapas que encontramos en el camino no mencionaban los senderos de la comarca administrativa « Maestrazgo ».

Guéguerre idiote entre potentats locaux, c’est sûr.

Disputa idota entre dos potentados locales, seguro

Bref, des heures de marche à faire de mauvais choix.

En resumen, anduvimos horas con malas elecciones de camino

On s’est rabattu sur du sûr : le sentier de Montoro de Mezquita (« Montoro de la Mosquée ») qu’on connaissait déjà et qui n’était pas loin.

Cambiamos hacia cosas seguras: el sendero de Montoro de Mezquita que ya conocíamos y que no distaba mucho.

Un type du coin nous a prévenus que la via ferrata construite récemment avait été emportée entièrement par une crue. Zut et re-zut !

Un vecino nos avisó que la vía ferrata recien construída se la había llevado entera una crecida del río. ¡Cachis!

Mais il nous recommandait de prendre une piste « Puente del Vado » au pied de la route pour Villarluengo (le village perché sur son nid d’aigle) pour voir de belles choses.

Pero nos recomendó encaminarnos a un sendero  « Puente de Vado » al pie de Villarluengo (el pueblo posado arriba del monte) para ver cosas bonitas

Ce qu’on a fait.

Lo que hicimos.

Tout ça sent aussi son allégorie d’instabilité, d’instantanéité, de relativisation de la durée

Todo aquello también sugiere una alegoría de la inestabilidad, de lo relativo de la duración

On est près des fameuses orgues mais après moultes recherches on a dû se rendre à l’évidence : il est impossible (et dangereux) d’aller au pied de cette partie de la montagne qu’on ne peut longer qu’en voiture.

Nos hallamos cerca de los famosos órganos pero después de mucha investigación tuvimos que aceptar lo evidente: es imposible (y peligroso) andar al pie de los órganos que solo se pueden ver en coche.

Pour prendre des photos il y a un avantage : il circule tellement peu de monde qu’on peut s’arrêter en toute quiétude au beau milieu de la route.

Para sacar fotos la zona ofrece una ventaja: circulan tan pocos coches que uno puede detenerse tranquilamente en medio de la carretera.

Vraiment très beau, tout ça.

De verdad muy bonito.

On reprend la route en lacets, on arrive tout en haut.

Volvemos a las curvas y llegamos arriba.

et on rentre.

y volvemos a casa

.

4ème jour – 4° día

.

Le lendemain, il ne sera pas dit qu’on ne réussisse pas une magnifique promenade. on tente une petite ascension !

Al día siguiente resolvimos triunfar en un sendero: ¡probemos una ascensión!

De nouveau direction « Montoro de Mezquita », le « trésor du Maestrazgo » disent les publicités des gîtes ruraux de la commune

De nuevo salimos en dirección a « Montoro de Mezquita », el « tesoro del Maestrazgo » rezan los anuncios de las casas rurales del municipio.

Nous voilà à pied d’œuvre

Ahí estamos al pie del cañón

Grimpons au mirador de Valloré

Subamos al mirador de Valloré

Le mirador en fait c’est le sommet juste au dessus de nous. 1 heure de montée, ça va.

En realidad el mirador es la cumbre del acantilado delante de nosotrxs. Una hora para subir. Está bien.

À mi-chemin on rencontre LE randonneur de la semaine qui nous dit que c’est dur mais que ça vaut le coup. Donc on y va.

A mitad del camino encontramos a EL senderista de la semana que nos explica que es difícil pero que vale la pena. Pues vamos.

C’est dur car la roche est friable, le précipice est à nos pieds, ça grimpe sec. On se retient à un fillin

Es difícil porque la roca es frágil, caminamos al borde del precipicio y la cuesta es fuerte.

Un petit km de montée certes mais nous sommes collé-es à la paroi tout le temps. Bref, on s’est fait très peur.

Solo un kilometro para subir pero nos quedamos permanentemente apegadxs al acantilado. En resumen, tuvimos mucho miedo.

Les vautours-chauves volent au dessus de nous…

Los buitres aleonados vuelan encima de nosotrxs…

Certes le paysage est somptueux

Confesemos que el paisaje es precioso

mais bon dieu : c’est haut !

pero ¡dios mío! ¡Qué alto nos encontramos!

avec les jambes tremblantes de peur on arrive tout en haut : waou !

con las piernas tremblorosas llegamos hasta arriba: ¡precioso!

On se retourne et alors là on a le souffle coupé de tant de majesté

Nos damos la vuelta y en aquel momento se nos corta el aliento por tanta majestuosidad

Horreur ! de cet autre côté aussi c’est une falaise et encore plus abrupte !

¡Horror! ¡de este otro lado toca barranco y aun más a pique!

En fait nous sommes non pas au sommet d’une montagne mais au sommet d’une mince lame de calcaire étroite.

En realidad no nos situamos arriba de un monte sino en la cima de una fina hoja caliza

Après une descente qui finalement s’est passée sans encombre, on a regardé le chemin parcouru :

Después de un descenso al final sin mayor problema, miramos el camino recorrido:

Que d’émotions ! Mais on en a pris plein les yeux.

¡Qué de emociones! Nos deslumbró el panorama.

Au retour on pousse jusqu’à la petite ville touristique de

A la vuelta fuimos hasta la ciudad pequeña y turística de

.

Molinos

. ville plutôt huppé

ciudad acomodada

Écoutez le bruit à la terrasse :

Escuchad el ruido en la terraza:

Oui, nous sommes bien en Espagne. Et encore, ce n’est pas le bruit bien plus fort à l’intérieur du bar, où tout le monde arrive à couvrir le bruit d’une télé ou d’une musique mise à fond.

Pues sí que nos encontramos en España. Y eso que no es el ruido en el interior del bar donde todo el mundo consigue hablar más fuerte que la tele o la música que ponen a tope. Puis on rentre à Cuevas de Cañart

Y a volver a Cuevas de Cañart Super ! Il y a un concert d’hommage à Silvio Rodríguez !

¡Guay! Hay concierto homenaje a Silvio Rodríguez!

Zut ! Le 18 on ne sera plus là. Dommage. Je pense…

¡Lástima! El día 18 ya no estamos. Lástima. Recuerdo…

Tiens ! Celle-là par exemple :

pues aquella, por ejemplo:

ou celle-là :

o aquella:

Et tant d’autres

y tantas más

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.