Provincia de Teruel 3/6

En las inmediaciones de Aliaga, el paisaje tampoco está mal

Dans les environs de Aliaga le paysage n’est pas mal non plus.

Se estructura en torno a las mismas placas de roca milenarias, a veces que apenas se notan porque el espacio entre dos placas está relleno de tierra, como en la foto abajo.

Il se structure autour de ces mêmes plaques de roche millénaires, parfois à peine visibles parce que l’espace entre deux plaques est comblé par de la terre, comme ci-dessous.

A veces gigantescas

Parfois gigantesques

con siluetas de ruinas de castillo que nunca existió

avec des silhouettes des ruines d’un château qui n’a jamais existé

de olas

de vagues

como espinas dorsales de delfines saliendo y entrando en el agua

Comme des épines dorsales de dauphins qui entrent et sortent de l’eau

Los pueblos medievales se adaptaron a esta configuración.

Les villages moyenageux se sont adaptés à cette configuration.

Ahora se vaciaron. Miravete de la Sierra, 18 vecinxs en invierno y el más  joven tiene 68 años

Maintenant ils se sont vidés. Miravete de la Sierra, 18 habitant-es en hiver et le plus jeune a 68 ans.

Villaroya de los Pinares es mucho mayor: 160 vecinxs

Villaroya de los Pinares est beaucoup plus grand: 160 habitant-es

En Cantavieja llegamos un lunes por la tarde y solo el restaurante del hotel 4 estrellas estaba abierto. No tuvimos más remedio que de rechuparnos los dedos : espárragos trigueros, cordero lechón, costillas, etc.

À Cantavieja, on est arrivé un lundi soir et il n’y avait que le restaurant de l’hôtel 4 étoiles qui était ouvert. Nous avons donc été dans l’obligation de nous régaler : asperges sauvages, agneau et autres côtelettes.

Otro día pasamos por Molinos,

Une autre fois nous sommes passé-es par Molinos,

Villarluengo

y los « órganos de Montoro »

et les « orgues de Montoro »

En resumen todo aquello es impresionante.

Bref tout cela est impressionnant.

Aquello es el nacimiento de río PItarque. Desde Aliaga se va por un camino forestal de 20 kms que seguro no usan las cabras por la cantidad de baches.

Ceci est la naissance de la rivière PItarque. Depuis Aliaga on y va par un chemin forestier de 20 kms que même les chèvres n’utilisent pas tellement il a de nids-de-poule.

Muchos senderos suelen seguir el cauce de un río que conduce a una cascada de agua fesquita… muy fresquita.

En plus de nombreux sentiers suivent le lit d’une rivière qui nous conduit à une cascade d’eau fraîche… très fraîche.

Aquí también con la compañía constante de los buitres leonados

Ici aussi avec la compagnie constante des vautours chauves.

Hasta encontramos un pueblo tan pequeño, Parras de Martín, que su iglesia llevaba techo de chapa roja…

On a même trouvé un village si petit, Parras de Martín, que le toit de son église était en tôle rouge…

Parras de Martín: 18 vecinxs.

Parras de Martín : 18 habitan-es.

y tampoco allí encontramos a ningún senderista, excepto en una ocasión. Misantropismo puro que reposa.

et là-bas non plus nous n’avons jamais rencontré un-e seul-e randonneur, hormis une fois. Du misanthropisme pur qui repose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.