Carte postale de Sicile – tarjeta postal desde Sicilia 1/5

.

« Siempre nos quedará París »

« Il nous restera toujours Paris »

.

Llegamos a París el día anterior de nuestro viaje de una semana a Sicilia así que visitamos una zona bonita y poco concurrida: el canal Saint Martin.

On est arrivé à Paris la veille de notre voyage d’une semaine en Sicile et on a visité un bel endroit peu fréquenté : le canal Saint Martin.

Es precioso pero los coches lo amargan todo: mucho ruido. Si puedes ir pues únicamente el domingo que las calles de la orilla se vuelven peatonales.

C’est joli mais les voitures gâchent tout : il y a beaucoup de bruit. Si vous pouvez y allez, allez-y uniquement le dimanche où les rues sont rendues aux piéton-nes.

A partir de la plaza Stalingrad se acaba el ruido. Estamos en otra ciudad, sin motor de explosión, en el Bassin de la Villette.

À partir de la place Stalingrad, fini le bruit. On est dans une autre ville, sans moteur à explosion, sur le bassin de La Villette.

Aquí lxs blancxs toman un refresco en la terraza del bar mientras que emigrantes actuales y los hijos de emigrantes anteriores toman… el sol en la ribera: a cada cual según su fortuna.

Là les blanc-hes prennent un verre à la terrasse du bar tandis que les émigré-es actuel-les et fils et filles d’émigré-es passé-es prennent.. le soleil sur les berges : à chacun-e selon sa fortune.

Cuando salimos de París con la garganta que picaba un horror, encontramos los habituales atascos asfixiantes, la mayoría de los coches de cinco asientos ocupados por una sola persona. Es impresionante como la humanidad puede envenenarse con la conciencia… limpia, en su cárcel individualista del goce solitario,

Quand on est sorti de Paris avec la gorge qui brûlait, on a rencontré les habituels bouchons asphyxiants, la majorité des voitures à 5 places occupées par une seule personne. C’est impressionnant comment l’humanité peut s’empoisonner dans les stress avec la conscience… tranquille, dans sa prison individualiste de la jouissance solitaire,

como si fuéramos hijxs del matrimonio gay de Narciso con Onán.

comme si on était les fils et filles du mariage gay de Narcisse et d’Onan.

Pero exagero:

Mais j’exagère :

« cancer campus, Grand Paris »

En el aeropuerto la mayoría de lxs trabajadorxs son francesxs hijxs de emigrantes. Se encargan de que la mayoría de lxs pasajerxs que son francesxs blancxs vayan de turismo al extranjero. ¿Exagero otra vez si digo que no se terminó el colonialismo?

À l’aéroport la majeure partie des travailleurs/euses sont des français-es filles et fils d’émigré-es. Elles et ils se chargent du rendre possible le départ ou l’arrivée de la majorité des passager-es qui sont des français-es blanc-hes qui vont faire du tourisme à l’étranger. J’exagère encore une fois si je dis que le colonialisme n’est pas fini ?

.

Catania

Catane

.

Aterrizamos (eso sí, contaminando la hostia: ¡dilema!) en Catania, la segunda ciudad de la isla, que Sicilia, lo digo para mis amigxs americanxs, es una isla italiana y si veis el mapa abajo es exactamente el balón distorsionado en el que chuta el « pie » italiano.

On a atterri (en polluant un maximum, dilemme !) à Catane, la deuxième ville de Sicile.

Estábamos en la calle principal que va desde el centro hasta el volcán Etna, el más activo de Europa y uno de los más activos del mundo, ¡que Guatemala (ver mi artículo) no tiene la exclusividad de los volcanes activos!

On était dans la rue principale qui va du centre ville jusqu’au volcan Etna, le plus actif d’Europe et un des plus actifs au monde. Car le Guatemala (voir mon article) n’a pas l’exclusivité des volcans actifs !

Una ciudad muy negra por la contaminación de los tubos de escape entre otras cosas

Une ville très noire à cause de la pollution des tuyaux d’échappement entre autres

pero qué se le puede hacer cuando unx quiere tanto que…

mais que peut-on y faire quand on veut tant…

se le miren, se le admiren, se le envidien, que el coche es para demasiada gente un sustituto social del deseo personal de amor.

qu’on nous regarde, nous admire, nous envie, car la voiture est pour trop de gens un substitut social au désir personnel d’amour.

La plaza mayor:

La place centrale :

En el parque Bellini hay coche de patrulla en la entrada para que lxs emigrantes sobre todo negrxs no entren en este paseo de paz y concordia. ¿Alguien ha pronunciado la palabra colonialismo?

Dans le parc Bellini il y a des voitures de patrouille à l’entrée pour que les migrant-es, surtout noir-es, n’entrent pas dans cette promenade de paix et de d’harmonie. Quelqu’un-e a prononcé le mot colonialisme ?

No diría yo que la ciudad está en ruina como La Habana (ver mi artículo) pero sí muy descuidada.

Je ne dirais pas que la ville est en ruine comme à La Havane à Cuba (voir mon article) mais plutôt très négligée.

Lo que no impide, al contrario, que siempre haya cosas que ver por las calles.

Ce qui ’empêche pas, bien au contraire, qu’il y ait des choses à voir dans les rues.

Los muros son de piedra del volcán:

Les pierres des murs viennent du volcan :

« ¡Míradme! ¡Queredme! ¡Envidadme! »gritan en un silencio motorizado algunos conductores:

« Regardez-moi ! Aimez-moi ! Enviez-moi ! » crient dans un silence motorisé quelques conducteurs et conductrices :

Las tiendas de la calle peatonal indican que en esta ciudad no está el dinero gordo :

Les magasins de la rue piétonne indiquent que la richesse ne se trouve pas dans cette ville :

Se encuentra un museo de arte contemporáneo chiquitín pero con algunas cosas interesantes sobre todo en torno a la condición femenina:

On y trouve un musée d’art contemporain tout petit mais avec quelques petites choses intéressantes surtout autour de la condition féminine :

.

Siracusa

Syracuse

.

En mi vida hice y hago cosas que no me lo puedo creer. Por ejemplo vi de verdad « La Mariée mise à nu par ses célibataires, même » de Marcel Duchamp en el MET de New York (ver mi artículo). Nunca se me hubiera ocurrido que lo pudiera ver de verdad algún día.

Dans ma vie j’ai fait et je fais des choses inespérées. Par exemple j’ai vu en vrai «  »La Mariée mise à nu par ses célibataires, même » de Marcel Duchamp au MET de New York (voir mon article). Je n’avais jamais envisagé sérieusement qu’un jour je pourrais le voir pour de vrai.

Pues durante la estancia en Sicilia estuve en … Siracusa. Para mí  la canción « Siracusa » me ofrece, desde que la descubrí en la adolescencia, la imagen misma del deseo de marchar, del ir más allá, de un marchar nostálgico. ¡Esta canción la canté tantas y tantas veces!

Eh bien pendant mon séjour en Sicile je suis allé à Syracuse. Pour moi la chanson « Syracuse » offre depuis mon jeune âge l’image même du désir de partir, d’aller là-bas, d’un départ nostalgique. Cette chanson je l’ai chanté tant et tant de fois !

Cuando la canto imito  Yves Montand:

Je la chante en imitant Yves Montand :

Dice « me gustaría tanto ver Siracusa, la isla de Pascua y Keruan, y las aves grandes que se entretienen deslizando sus alas en el viento » y así una serie de lugares e imágenes que solo con nombrarlos te entran las ganas de soñar y viajar. Y termina la canción de forma nostálgica con « antes de que mi juventud se desgaste, que se vayan mis primaveras, para recordarlos en París ».

Pues ¡estuve en Siracusa.! ¿No te parece alucinante? Pues a mí sí. Completamente. Todavía me da algo.

Eh bien je suis allé à Syracuse ! C’est pas incroyable ? Moi je trouve. Complètement. J’en reviens pas.

La catedral es sorprendente ya que en el interior…

La cathédrale est surprenante puisque à l’intérieur…

usaron las columnas del templo griego:

ils ont utilisé les colonnes du temple grec :

A orillas del mar se encuentra un paseo provinciano que tiene su encanto:

En bord de mer se trouve une promenade provinciale qui a son charme :

Luego salimos en dirección a la playa. Nos quedamos un ratito pero…

Ensuite on est allé vers la plage. On y est resté un peu mais…

como no habíamos bebido nos quedamos con la ropa que tampoco hacía tanto calor.

comme on n’avait pas bu on a gardé nos vêtements : il ne faisait pas si chaud que ça.

.

Noto

.

Justo antes de marchar de Poitiers un amigo nos había dicho que no había que perderse Noto que no pilla muy lejos de Siracusa. Confirmo.

Juste avant de partir de Poitiers, un copain m’avait dit qu’il ne fallait pas louper Noto qui n’était pas loin de Syracuse. Je confirme.

Llegamos por casualidad en medio de una ceremonia de la cual no comprendimos nada.

On est arrivé par hasard au milieu d’une cérémonie dont on n’a rien compris.

Noto (Sicile) from Flaneur à Poitiers on Vimeo.

Esto es lo malo de querer tragarse kilómetros y kilómetros en tan poco tiempo, que uno no toma el tiempo de entender. Solo estuvimos pocas horas de la tarde.

C’est l’inconvénient de vouloir faire tant de kilomètres en si peu de temps : on n’a pas le temps de comprendre. On n’y est resté que quelques heures en fin d’après midi.

Es una ciudad construida enteramente en el siglo XVII desde la nada y es monumental. Dejo las tres fotos abajo ya que no sé cuál ofrece más la sensación de monumentalidad.

C’est une ville construite entièrement au XVII°siècle à partir de rien et elle est monumentale. Je laisse les trois photos ci-dessous parce que je ne sais pas laquelle donne le plus cette sensation de monumentalité.

.

Taormina

Taormine

.

Fue el único error del viaje. Taormina se ubica arriba de un cerro (a la derecha en la foto) que da a una cala

Ce fut la seule erreur du voyage. Taormine se situe au sommet d’une colline (à droite sur la photo) qui donne sur une crique

donde dormimos y que se llama Giardini Naxos.

où on a dormi et qui s’appelle Giardini Naxos.

Hasta podíamos ver el Etna que…

On pouvait même voir l’Etna…

nos obsequió con una irrupción:

qui nous a offert une irruption :

Pero por la tarde el sonido era más bien eso:

Mais l’après midi le son c’était plutôt ça :

Giardini Naxos (Sicile) from Flaneur à Poitiers on Vimeo.

Este ruido que cubre las palabras permite lucir sin tener nada que decir.

Ce bruit qui couvre les mots permet de faire le beau ou la belle sans avoir rien à dire.

Era día  de fiesta nacional.

C’était jour de fête nationale.

Indiferentes al bullicio automovilístico del borde del mar, lxs adolescentes adolescían solitxs en la playa vacía:

Indifférent-es à l’agitation automobilistique du bord de mer, les adolescent-es adolescaient seul-es sur la plage déserte :

Se parece todo esto a …

Tout cela ressemble à …

todas los balnearios del turismo de masa en el mundo.

toutes les villes balnéaires du tourisme de masse dans le monde.

En resumen y vista desde arriba, una costa angosta y superpoblada.

En résumé et vu d’en haut, une côte étroite surpeuplée.

En Taormina mismo, claro que hay un teatro griego idealmente situado pero cuando uno vio con sus propios ojos el « ombligo del mundo »,  Delfos (ver mi artículo), resulta eso un poco común.

À Taormine même on retrouve bien sûr un théâtre grec idéalement situé mais quand on a vu soi-même le « nombril du monde », Delphes (voir mon article), ce théâtre semble bien banal.

Es lo malo de ver cosas tan extraordinarias por el mundo. Uno va comparado todo con lo excepcional.

C’est l’inconvénient de voir des choses si extraordinaires de par le monde. On compare tout avec ce qu’on a vu d’exceptionnel.

Tienen una pastelería excelente en Taormina así como el coche de mis sueños y además es de  Batman y superman unidos:

Ils ont une excellente pâtisserie à Taormine ainsi que la voiture de mes rêves et en plus c’est celle de Batman et Superman réunis :

Pero para el resto…

Mais pour le reste…

Siempre me pregunto sobre esta manía de los selfies. Antes del móvil también la gente se hacía fotos dando la vuelta a lo que hay que ver. Igual la única novedad es la soledad y el tiempo inmediato, prueba ilusoria de realidad. Conservando el postureo para que no nos eche del rebaño: somos seres gregarios con ilusión mercantil de autonomía personal. El miedo a la soledad guía nuestros pasos.

Je me suis souvent interrogé sur cette manie du selfie. Avant l’apparition du téléphone portable les gens faisaient déjà des photos en tournant le dos à ce qu’il faut voir. Peut-être que la seule nouveauté c’est la solitude et le temps immédiat, gage illusoire de réalité. Tout en conservant la pose pour ne pas être exclu-e du troupeau : nous sommes des animaux grégaires avec l’illusion marchande de l’autonomie personnelle. La peur de la solitude guide nos pas.

« ¡Míradme! ¡Queredme! ¡Envidiadme! » vehiculan las ondas electromagnéticas.

« Regardez-moi ! Aimez-moi ! Enviez-moi ! » véhiculent les ondes magnétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.