Bravo l’artiste

El problema se plantea : ¿es solo un buen diseñador el que hizo esto?

Le problème peut se poser : est-ce juste un bon dessinateur celui qui a fait ça ?

DSCN6469 Rue du Faubourg du Pont neuf, 11 juillet 2014

Moi je dirais plutôt que c’est un artiste pour le choix du motif, pour le côté « regard de Mona Lisa » du personnage dans une impasse près d’une rue très passante,

Yo diría que es más bien un artista por la elección del tema, por el aspecto « mirada de Mona Lisa » del personaje en un callejón sin salida cerca de una calle muy concurrida,

DSCN6467l’utilisation des aspérités du support (le boîtier France telecom qui donne du relief à l’épaule, par exemple). Une gravité et une jeunesse du personnage qui défie, des gris qui s’harmonisent aux couleurs des motifs qui entourent et qui sont d’un camarade à lui …

el uso de las asperezas del soporte (la caja del teléfono que le da relieve al hombro, por ejemplo). Una gravedad y una juventud desafiante del personaje, grises en armonía con los colores de las letras que le rodean y que son de un colega suyo…

DSCN6468C’est le même graffeur (Rebeb) que ci-dessous. Toujours cette jeunesse grave (ou tragique ?) et défiante du portrait

Es el mismo artista (Rebeb) que abajo. Otra vez un retrato de juventud grave (¿o trágica?) que desafía

DSCN1987Rue de Genie, 03 avril 2014

qui interpelle le passant du regard

que llama la atención del transeúnte con la miradaDSCN1986dans un lieu illuminé par ce portrait

en un lugar iluminado por este retratoDSCN1988Lo había encontrado mientras terminaba este retrato. Le había dicho el placer que me depara su obra. Tiene menos de 25 años, es autodidacta y trabaja a partir de una fotocopia en blanco y negro de una foto que seleccionó entre sus lecturas. Como muchos artistas tiene un oficio para tener sueldo pero su verdadero trabajo es creador aunque no se gane la vida con ello. Me pregunto ¿Cómo podríamos crear una sociedad en la que se valore lo artístico haciendo que los artistas vivan de su trabajo? ¿Y cómo actuar para que el arte quede popular, sin obligatoriamente estar encerrado en los museos o comprado por la tribu de lxs Muirikxs?

Je l’avais rencontré tandis qu’il finissait ce portrait. Je lui avais dit le plaisir que me procure son oeuvre. Il a moins de 25 ans, il est autodidacte et travaille à partir d’une photocopie en noir et blanc d’une photo seleccionée au cours de ses lectures.  Comme beaucoup d’artistes il a un métier pour avoir un salaire mais son vrai travail c’est la création bien qu’il ne puisse en vivre. Je me demande : comment pourrions-nous créer une société où on valorise l’artistique en faisant que les artistes vivent de leur travail ? Et comment agir pour que l’art reste populaire, sans être forcément enfermé dans les musées ou acheté par la tribu des Trairich ?

—————————–

Post Scriptum : Rebeb, que j’ai informé de cet article, me demande de préciser les informations ci-dessous, que je rajoute volontiers.

Post Data : Rebeb, al que informé de este artículo, me pide que precise las informaciones siguientes, que añado con mucho gusto.

« Pouvez vous préciser les noms également des personnes avec qui j’ai réalisé ces deux fresques?
¿Podría Ud precisar los nombres de la spersonas con quien realicé estos dos frescos?
Pour le premier portrait à coté du confort moderne, c’était avec Opela et Marsh.
El primer retrato era con Opela y Marsh.
Et pour celui avec le sweat capuche jaune, c’etait avec Opela.
Y el con la sudadera con capucha amarilla era con Opela.
Ils font du lettrage principalement.
Realizan sobre todo letras.
( D’ailleurs la première repro à coté du confort moderne c’est un portrait de Yolandi Visser, chanteuse du groupe sud africain (Die Antwoord).
De paso, la primera reproducción es un retrato de Yolandi Visser, cantante del grupo sudafricano Die Antwoord.
Et l’homme au sweat capuche jaune c’est un artiste vietnamien, Crazy Monkey, que j’ai rencontré à La Rochelle lors du festival Springtime Delights. C’est une personne que j’aime bien et il a accepté que je fasse son portrait sur un mur. )« 
Y el hombre de la sudadera de capucha amarilla es un artista vietnamita, Crazy Monkey, que encontré en La Rochelle durante el festival Springtime Delights. Es una persona que me gusta mucho y aceptó que le haga el retrato en una pared. »

Une réflexion au sujet de “Bravo l’artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.